Madame, Monsieur, Cher Ami lecteur,

 

Mes premières années d’activité professionnelle, consacrées à l’enseignement et à la recherche, m’ont donné pour toujours le goût de l’analyse et  l’envie de réussir à partager avec un interlocuteur une pensée, un raisonnement, une explication, une leçon pour l’avenir.

L’intensité exceptionnelle de l’aventure professionnelle que j’ai connue avec bonheur, du début des années 1980 jusqu’à fin 2010, à la tête du Groupe BANK OF AFRICA, a longtemps restreint mon temps de liberté pour ces distractions intellectuelles, que venait de plus brider le devoir de réserve imposé par mes fonctions de l’époque. Mon activité quotidienne m’a toutefois fourni un poste d’observation particulièrement bien placé pour apprécier la multiplicité et la profondeur des changements qui ont touché la finance, l’économie et la société en Afrique durant ces trois dernières décennies. Les nombreuses tribunes auxquelles j’ai eu également l’opportunité de participer pendant ces années m’ont en outre permis de confronter sur tous ces points mes observations personnelles avec celles d’autres acteurs du continent ou d’autres régions du monde, et de tester le bien-fondé de mes jugements sur des sujets qui me tenaient à coeur.

Alors que vient de s’achever une partie essentielle de ma vie active, et même si d’autres projets cheminent encore en mon esprit, je souhaite pouvoir m’exprimer aussi fréquemment que possible sur les quelques thèmes dont j’ose croire qu’ils me sont suffisamment familiers pour que les idées qu’ils m’inspirent puissent intéresser un lecteur passionné par les mêmes questions.

C’est cette ambition qui a présidé à l’ouverture de ce « blog ».

Je sais par avance que ce pari d’un livre constamment ouvert et en devenir, où doivent s’inscrire régulièrement de nouvelles pages attrayantes et pertinentes, est très difficile et requiert une régularité et une assiduité redoutables, une grande capacité de collecte d’informations, une attention extrême à l’actualité, dont je ne sais encore si elles me seront des compagnons fidèles. J’en prends toutefois le risque, espérant que le souci de bien faire me servira d’aiguillon salvateur.

 

Les billets et articles que j’inscrirai dans ce « blog » porteront principalement sur les trois sujets que je connais le mieux, par formation comme par expérience :

  1. la banque et la finance africaines
  2. l’économie et la vie du continent
  3. l’économie mondiale dans ses aspects liés au développement.

Ils ne constitueront évidemment que des thèses personnelles et ne représenteront en aucune façon la position des sociétés dans lesquelles j’ai eu ou j’ai encore parfois quelques responsabilités. Ils seront seulement l’expression d’un esprit curieux de ce qui l’entoure, spécialement intéressé par les mouvements de fond que peuvent masquer des situations conjoncturelles, soucieux de corriger parfois des idées couramment admises  et pourtant erronées, tourné chaque fois que possible vers des aspects moins connus mais pourtant essentiels de notre environnement. J’aborde cette initiative avec toute l’humilité requise, en raison de la nouveauté qu’elle représente pour moi et du travail qu’elle impose face à mes autres occupations de l’heure, mais avec le plaisir d’écrire et avec la force d’une pensée libre, indépendante et intellectuellement honnête,

 

Articles récents :

Covid-19 : Qui va payer ?

Covid-19 : Qui va payer ?   Au fur et à mesure que se desserre la menace sanitaire...

Elle s’appelait Aminata

Elle s’appelait Aminata Une jeune âme nous a quitté la nuit dernière. Je n’ai même...

 

J’espère que cette approche pourra séduire un public que je souhaite nombreux et diversifié. Je m’efforcerai de répondre aussi soigneusement que possible aux remarques que celui-ci  pourra éventuellement m’adresser, en souhaitant que ces échanges puissent être mutuellement enrichissants pour des personnes animées par la même volonté de connaissance et de recherche de la vérité.

Bien cordialement à tous et bonne lecture.

Paul Derreumaux